Syndrome Prémenstruel

Les plantes utiles pour soulager le SPM

plantes syndrome prémenstruel

Le syndrome prémenstruel, ou SPM, touche 40% des femmes. Il se manifeste par des douleurs utérines, digestives, lombaires, mais aussi de la fatigue, de la tristesse, de l’irritabilité… entre autres ! Il y a près de 150 symptômes différents du SPM, soit autant de SPM que de femmes. En revanche, les symptômes ont tendance à s’estomper, voire à complètement disparaître une fois que les règles démarrent !

Si l’alimentation et les compléments alimentaires peuvent grandement aider en cas de SPM, certaines plantes peuvent aussi être salutaires. Les voici 🙂


infusions syndrome prémenstruel

Les infusions et teintures-mères

L’alchémille

Elle est progestérone-like et vient donc atténuer le déséquilibre progestérone/oestrogènes. Je vous recommande de la prendre après votre ovulation, car la phase post-ovulatoire est la phase de la progestérone. Si vous la prenez avant l’ovulation, vous risquez de perturber le processus ovulatoire.

Attention à ne pas la prendre en cas d’antécédent de cancer hormono-dépendant et si vous prenez un traitement progestatif (Duphaston, Progestan…). À prendre en infusion ou en teinture-mère 🙂

Le gatillier

Le gattilier vient agir directement sur l’hypophyse, donc à prendre sur avis d’un professionnel, plutôt en deuxième intention et surtout pas en première partie de cycle, car elle peut faire grimper la LH. On l’évite en cas d’antécédent de cancer hormono-dépendant, de SOPK, de grossesse et d’allaitement, par exemple 🙂

Le gingembre

Le gingembre est décongestionnant et anti-inflammatoire 🙂 C’est une plante souveraine en cas de SPM !

Les plantes apaisantes

On pense aussi aux plantes apaisantes de la sphère nerveuse comme la camomille ou la lavande, ou encore la mélisse, qui a également des vertus digestives 🙂

Les plantes décongestionnantes

On peut également penser à des plantes décongestionnantes qui viennent soutenir la circulation sanguine, comme la vigne rouge ou le marronnier d’Inde.

Les plantes alliées du foie et de la digestion

En phase lutéale, on peut également soutenir le foie dans son travail de détox hormonale, avec le romarin ou le chardon marie (sauf en projet bébé, car la détox pourrait gêner l’implantation de l’embryon.)

On pense aussi à soutenir son transit (notamment en cas de constipation), avec la mauve, la guimauve ou encore le psyllium. La digestion et l’évacuation des déchets et hormones usagées est très importante pour l’équilibre hormonal 🙂

Les plantes en cas de fatigue et de migraine

En cas de fatigue, l’ortie et la prêle sont deux plantes très reminéralisantes.

En cas de migraine, on peut se tourner vers la camomille romaine (grande camomille ou camomille noble) et/ou la camomille matricaire.


huiles essentielles syndrome pré-menstruel

Les huiles essentielles

Voici quelques huiles essentielles à considérer en cas de SPM 🙂

L’huile essentielle de basilic exotique ou d’estragon : elles sont toutes les deux anti-spasmodiques et calment les crampes utérines. On mélange 2 gouttes de l’une d’elles dans une cuillère à café d’huile végétale de calophylle inophyle et on masse doucement le ventre, dans le sens des aiguilles d’une montre.

Pour les gonflements et congestions : 2 noisettes d’huile de ricin ou de calophylle inophylle avec 3 gouttes d’huile essentielle de gingembre et 2 gouttes d’huile essentielle de lentisque pistachier. Appliquer sur le bas-ventre en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre.

On peut également respirer des huiles essentielles apaisantes pour soulager la sphère émotionnelle, comme l’ylang-ylang, la lavande, la camomille ou encore le petit-grain bigarade.


gemmothérapie syndrome prémenstruel

La gemmothérapie (les bourgeons de plantes)

Ici, ce sont les bourgeons des plantes qui sont utilisés. En effet, aux prémices de son existence, la plante concentre toutes ses vertus dans son bourgeon ! Voici quelques bourgeons utiles en cas de SPM 🙂

  • Citronnier : il protège le foie et est fluidifiant sanguin
  • Framboisier : il protège aussi le foie, tout en étant un antispasmodique utérin et anti-inflammatoire.
  • Pommier : progestérone-like
  • Cassis : il est anti-inflammatoire et potentialise les effets des autres bourgeons. Il soutient également les surrénales et permet de faire face au stress et à l’épuisement.

Ce n’est pas un bourgeon, mais l’huile d’onagre est une régulatrice du cycle, tout en étant anti-inflammatoire.


fleurs de bach, syndrome prémenstruel

Les Fleurs de Bach

Les Fleurs de Bach vont plutôt travailler sur la sphère émotionnelle, de manière très subtile et énergétique, car elles ne contiennent aucune molécule de la plante utilisée, mais plutôt la mémoire de celle-ci. C’est un peu comme l’homéopathie : on y croit ou pas !

Voici en tout cas quelques pistes que vous pouvez explorer si vous le souhaitez 🙂

  • Crab Apple : elle aide à se réconcilier avec son corps
  • Mustard : contre les états dépressifs
  • Impatiens : contre l’irritabilité et l’impatience
  • Beech : contre l’inflexibilité de la femme atteinte de SPM, qui a tendance à “ne rien laisser passer”
  • Holly : contre les sentiments de jalousie et d’injustice, l’impression que les autres sont “mieux”
  • Willow : contre la colère rentrée et les pensées négatives, l’apitoiement sur soi
  • Le Rescue (assez connu maintenant) est idéal en cas de coup de stress 🙂

thé en sachet

Que penser des mélanges de plantes tout prêts ?

Des marques proposent des sachets d’infusions, avec plusieurs plantes, pour réguler le cycle et apaiser les douleurs. Personnellement, je ne vous les recommande pas forcément !

  • En général, il n’y a pas assez de plantes dans un sachet pour que que la tisane soit efficace. Il faut compter environ une cuillère à soupe de plantes par tasse pour obtenir un effet 🙂
  • Les plantes contenues ne sont pas forcément de belle qualité et on est plus sur de la poudre de plantes, ce qui amoindrit leurs effets.
  • Certains mélanges proposent des plantes à visée hormonale sans tenir compte du fait que certaines plantes sont à prendre plutôt avant l’ovulation, ou après, et surtout pas tout au long du cycle !
  • Il est important de composer votre tisane en fonction de vos problématiques 🙂

Du coup, n’hésitez pas à acheter vos plantes séparément en herboristerie et à les mélanger une fois chez vous, dans un bocal à l’abri de la lumière 🙂


Disclaimer

Pour finir, je tiens à vous rappeler que les plantes ne font pas tout ! En naturopathie, elles font partie des techniques complémentaires, en soutien des techniques majeures, qui sont l’alimentation, l’apaisement émotionnel et l’activité physique. Il est important de travailler sur ces 3 piliers avant de recourir aux plantes 🙂

Je n’ai quasiment pas mis de posologie, car chaque protocole doit être individualisé : donc vous pouvez vous référer à la posologie du fabricant ou, mieux, demander conseil à votre médecin (s’il est formé en phytothérapie), votre pharmacien ou votre naturopathe 🙂

Je vous laisse également soigneusement vérifier les contre-indications des plantes conseillées : ce n’est pas parce qu’elles sont naturelles qu’elles sont sans danger et qu’elles peuvent être utilisées par tout le monde 🙂


Qu’en pensez-vous ? Connaissiez-vous ces plantes pour soulager votre syndrome pré-menstruel, les utilisez-vous ? Dites-moi tout en commentaire !


Si vous préférez, voici une version condensée disponible sur Instagram, qui résume l’essentiel et que vous aurez toujours sur vous, si vous l’enregistrez 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *